Wiener Opernball orchester-Autriche

Quand :
5 août 2017 @ 21 h 30 min
2017-08-05T21:30:00+01:00
2017-08-05T21:45:00+01:00
Où :
Amphithéâtre d'Eljem
Coût :
Gradins 31DT et Chaises 41DT

 

L’Orchestre du bal de l’Opéra de Vienne

 

 

 

 

 

 

 

Depuis sa première apparition  à El Jem en 1998, l’Orchestre du bal de l‘opéra de Vienne s’est présenté au festival  à plusieurs reprises.  Pendant  ces longues années  une affection réciproque  s’est développée  entre l’orchestre et le public tunisien. Par conséquent c’est un souhait naturel  de l’ensemble de non seulement continuer la tradition de ces tournées, mais de donner aussi un signe de solidarité particulière avec  la Tunisie, ceci dans le cadre général du festival d’El Jem.

 

Concert autrichien El Jem 2017 « Bouquet musical de Vienne » 

Orchestre du bal de l’opéra de Vienne

Direction : le prof. Uwe Theimer

Solistes :   Brigitta Simon, soprano

                  Till vonOrlowsky, baryton

 Informations supplémentaires

Le programme du concert d 5 août 2017  offre plus de 20morceaux de « musique viennoise » de la période  de 1840 jusqu’à 2017, œuvres de 14 compositeurs, la plupart d’entre eux de la région de l’ancienne monarchie austro-hongroise.

La soirée s’ouvre par la valse « La Belle Narenta  verte » de Karl Komzak(1850 – 1905). Né à Prague,  celui-ci était un des plus fameux chefs d’orchestre militaire de l’armée austro-hongroise. La Narenta est le fleuve  traversant la Bosnie- Herzegovine, ou Komzak était stationné avec son régiment à Mostar en 1895.

Un autre compositeur d’origine tchècque était Julius Fučik (1872 – 1916), duquel  notre programme présente la « Marche Sarajevo » reflétant le fait que lui aussi était chef d’orchestre d’un régiment en Bosnie, plus précisément de 1897 à 1900 à Sarajevo.

Comme toujours l’orchestre présentera plusieurs compositions  de Johann Strauss fils (1825 – 1899), maître de la valse viennoise.  Pour la première fois sa valse « Conte de l’orient » sera jouée à El Jem  dédiée au Sultan de l’Empire ottomane Abdul Hamid Khan (1842 – 1918) à l’occasion de son 50*eme anniversaire en 1892.D’ ailleurs l’orchestre restera fidèle à la tradition de jouer la valse « Le beau Danube bleu » après le programme officiel du concert.  Strauss composa aussi de belles polkas, comme « Tonnerre et éclair » (1868) dans la première moitié du concert.

A partir des années 1870, Johann Strauss composait aussi des opérettes à l’instar de Jacques Offenbach. Notre programme contient des airs du « Baron tsigane » et de la « Chauve-souris » pour baryton et pour soprano.

Josef Strauss (1827 – 1870) , frère cadet de Johann,  ingénieur de formation, se consacra à la carrière  musicale d’abord seulement pour assister son frère Johann à la direction de l’orchestre de la famille Strauss. Néanmoins,  la beauté surtout de certaines de ses valses comme « Ma vie est amour et joie » (1869)  dépasse parfois celle de beaucoup des œuvres de Johann.

En tant qu’excursion dans le monde de la musique francaise, l’orchestre présentera  l’air „Je veux vivre“ de l‘opéra « Roméo et Juliette »  (1867), l’apogée de l’oeuvre du célèbre compositeur Charles Gounod (1818 – 1893).

Joseph Lanner (1801 – 1843) fut, avec Johann Strauss le père, le créateur de la valse viennoise. Le nom de ses « Valses de Schoenbrunn» , datant de 1842, se réfère à un des  deux grands châteaux impériaux de Vienne.

Johann Strauss père est resté très populaire jusqu’aujourd’hui  pour sa « Marche Radetzky » jouée traditionnellement  non seulement à la fin du concert de nouvel  an à Vienne, mais aussi à El Jem. Le  programme officiel  de notre concert comprends  aussi  une polka rapide de Johann Strauss père, le « galop furioso »  de  1840, utilisant des mélodies du célèbre compositeur austro-hongrois Franz Liszt.

Un des meilleurs maîtres d’opérettes autrichiens était  Carl Millöcker(1842 – 1899). L’air   « Je vous apporte des roses rouges »pour baryton est pris de l’opérette « Gasparone »(1884) dont l’action aventureuse  se déroule en Sicilie.

Eduard Künecke (1885 – 1953) compte parmi  les meilleurs  compositeurs d’opérettes allemands. De son opérette  «Le Cousin de nulle part (Berlin 1921)  » le programme présentera l’air pour soprano    «Clair de lune».

La 2ème partie de notre concert commencera avec  l’œuvre la plus jeune du programme – la marche « C.A.F.E. » composée pour le bal des cafetiers de Vienne en 2017 par  Uwe Theimer,  professeur à l’Université de musique de Vienne  et chef de l’orchestre du bal de l’opéra.

Franz Lehar (1870 – 1948) fils d’un chef d’orchestre militaire, choisit d’abord la même profession et devenait  plus tard le plus grand compositeur d’opérettes du 20ème siècle. De son œuvre la plus célèbre, « La Veuve joyeuse »  (Vienne  1905) l’on écoutera l’air « Ma patrie » pour baryton. L’air pour soprano   « Amour, ciel sur la terre », est pris de l’opérette « Paganini (Vienne 1925) » qui  a comme objet le célèbre musicien et compositeur italien Nicolò Paganini.

Pour la troisième fois un  morceau du compositeur autrichien Nico Dostal (1895 – 1981)  seraprésentée au Festival d’El Jem: L’air pour soprano  «Devant la porte »,  chanson viennoise pour soprano d’ « Èdition spéciale » une de ses 24 opérettes.

Robert Stolz (1880 – 1975) fut le dernier grand compositeur de “musique viennoise”. Il composa  la musique pour 100 films, 2000 chansons et 65 opérettes, dont « Deux cœurs à trois temps » (1933), de laquelle l’air « J’aime les femmes, les blondes et les brunes »,.

Carl Michael Ziehrer (1843 – 1922),  fils d’un chapelier, a fait l’apprentissage avec son père avant sa première apparition comme  chef d’orchestre et compositeur à l’âge de 20 ans. Son œuvre englobe vingt-trois opérettes et d’environ six-cents pièces pour orchestre. Au cours de sa carrière il a dirigé plusieurs orchestres civils et militaires avec lesquels il faisait de longues tournées en l’Europe et même aux Etats-Unis. « Velour et soie » (1902) compte parmi ses plus belles valses.

L’Orchestre du bal de l’opéra de Vienne fut fondé en 1982, donc il y a 35 ans. Ayant joué à El Jem pour la première fois en 1998, il se présentera à l’amphithéâtre romain pour la 18ème fois cette année. Il est spécialisé dans la musique viennoise, accompagne chaque année ce bal le plus prestigieux de Vienne et effectue régulièrement des tournées qui l’ont conduit  dans  plus de 30 pays  de tous les continents. Uwe Theimer, chef d’orchestre,  étudiait  la composition musicale auprès d’ AlfredUhl et la direction orchestrale auprès de Hans Swarowsky. Au Festival de Salzbourg il a été assistant musical  de Karl Böhm, Lorin Maazel et James Levine. Pendant plus de 20 ans il était Directeur des Études et Chef d’Orchestre à l’Opéra populaire de Vienne. Il  a dirigé de nombreuses opérettes et comédies musicales. 1996 co-fondateur et jusqu’à  2012 Directeur du festival „Été d’opérettes“ de Basse Autriche. En 2013 il était Directeur musical du plus grand festival d’opérettes à l’échelle mondiale à Moerbisch (Autriche). Depuis 1996 professeur à l’Université de Musique de Vienne il continue à enseigner à cet institut renommé.

Brigitta Simon, soprano, née à Budapest (Hongrie), hongroise, a recu sa formation musicale d’abord à l’école de musique Richter János et `partir de 2006 à l’Université de musique de Vienne, ou Uwe Theimer était son professeur.  Déjà à  l’age de 22 ans  son premier rôle d’opéra était la Zerlina dans « Don Giovanni » , d’autres rôles suivaient  – Barbarina et Susanna  (Mozart,«Le  Nozze di Figaro »), Najade (Richard Strauss, Ariadne à Naxos), Belinda (Purcell, Dido et Enea) , Reine de la nuit (Mozart, Flute magique). Entre 2013 et 2017 elle se présentait à des concerts en Montenegro, en Bosnie-Herzegovine, en Espagne, en Autriche et en Allemagne. Elle a collaboré avec le célèbre Placido Domingo. Till vonOrlowsky , baryton, né à Freilassung (Allemagne), de nationalité autrichienne et suédoise, a étudié à l’Université de musique de Vienne. En  2016 il se présentait pour la première fois au Teatro alla Scala di Milano dans l’opéra “I due Foscari” de Giuseppe Verdi, à cote de Placido Domingo, dans la même année, aussi à Milan, comme Papageno dans La « Flute magique » de Mozart.  Par la suite il chantait le Masetto  (« Don Giovanni » de Mozart) dans la nouvelle maison d’opéra à Linz, Autriche.

P r o g r a m m e

Karl Komzak:La Belle Narentaverte, valse op. 227

Johann Strauss fils:« Donne-moi  la main », air pour baryton de l’opérette « Le Baron tsigane »

Julius Fučik:     Marche Sarajevo  op. 66

Charles Gounod:„Je veux vivre“, air pour soprano de l‘opéra « Roméo et Juliette »

Joseph Lanner :    Les Valses de Schoenbrunn  op. 200

Carl Millöcker:« Je vous apporte des roses rouges », air pour baryton de l’opérette « Gasparone »

Johann Strauss fils:«Tonnerre et éclair», Polka rapide op. 324

Eduard Künecke:«Clair de lune», air pour soprano de l’opérette  «Le Cousin de nulle part »

Josef Strauss:«Ma Vie et amour et plaisir », valse op. 263

P a u s e

Uwe Theimer:«Café» , Marche

Franz Lehar:«Ma Patrie», air pour baryton de l‘opérette    «La Veuve joyeuse »

Nico Dostal:  «Devant la porte »,  Chanson viennoise pour soprano de l’opérette « Èdition spéciale

»Johann Strauss fils:«Conte de l’Orient », valse op. 444

Johann Strauss père :Galop Furioso  op. 114

Robert Stolz:     « J’aime les femmes, les blondes et les brunes »,

Air pour ténor de l’opérette« Deux cœurs à trois temps »

Franz Lehar:« Amour, ciel sur la terre », air pour soprano de lopérette « Paganini »

Carl Michael Ziehrer:« Velour et Soie », valse op. 515

Johann Strauss fils:« Quelle bonne conduite » Duo de l’opérette « La chauve-souris »

 

 

 

 

Laisser un commentaire